Loading...

Dreem réveille les neurosciences. Grâce à son bandeau qui mesure l’activité cérébrale et restructure votre sommeil en collectant vos données, l’entreprise espère apporter une solution pérenne pour endormir les problèmes de sommeil.

Dreem, première entreprise neuro-tech…

Dreem émerge en 2014. C’est le fruit de la rencontre des cerveaux de Hugo Mercier et Quentin Soulet de Brugière, deux anciens étudiants fascinés par les neurosciences. Appelée Rythm à ses débuts, la start up est rapidement renommée. Basée aujourd’hui à Paris et San Francisco, l’entreprise compte plus de 70 collaborateurs. Nommée aux Trophées INPI 2018 dans la catégorie « brevet », Dreem poursuit, avec sa PI sous le bras, sa conquête du royaume de Morphée.

« Assomme l’insomnie sans chimie »

…à la conquête du sommeil

Le bandeau Dreem, appareil sans fil, créé en 2017 mesure et analyse l’activité cérébrale pendant votre sommeil. Concrètement comment cela fonctionne ?

Le bandeau collecte vos données de sommeil grâce à des capteurs. Deux électrodes sont placés à l’arrière et trois à l’avant. Le bandeau Dreem fonctionne sans connectivité bluetooth ou Wi-Fi grâce à des composants électroniques miniaturisés capables de réaliser des calculés embarqués. Une analyse en temps réel est réalisée sur les données collectées. De l’analyse tirée dépendra le « retour audio », stimulations sonores qui améliorent la qualité de votre sommeil. C’est ce qu’on appelle le neurofeedback. Les données permettent aussi de « programmer » une alarme intelligente qui vous réveillera au moment opportun de votre cycle de sommeil. Cette nouvelle version comprend également de nouveaux programmes créés à partir des données générées par le bandeau tels que la thérapie cognitive et comportementale de l’insomnie (TCC-I) pour les personnes souffrant d’insomnie chronique. L’ambition avouée de ce bandeau : remplacer le journal de sommeil utilisé en thérapie par les personnes souffrant de problèmes de sommeil.

« Penser propriété intellectuelle permet d’augmenter la valeur de notre entreprise et nous crédibilise auprès de nos partenaires »

Du rêve à la réalité : la R&D et la propriété intellectuelle comme piliers

À l’aune des années 2020 une « ruée vers le sommeil » se profile. L’idée de Dreem séduit et les investisseurs se pressent à leur porte. En 4 ans, pas moins de 48 millions d’euros ont été levés. La dernière levée de fonds, en date du 26 juin 2018 a permis de récolter 30 millions d’euros auprès de leurs investisseurs historiques mais également du géant américain Johnson & Johnson.

Quatre ans de R&D plus tard, le temps est au beau fixe côté propriété intellectuelle avec 20 brevets déposés, 16 marques et 2 dessins et modèles enregistrés. Par ailleurs, l’équipe s’est enrichie de 75 collaborateurs. La propriété intellectuelle est au coeur de la stratégie de développement de Dreem. Dès le début, Dreem a fait de la propriété intellectuelle son allié en déposant le nom de l’entreprise, des brevets sur les électrodes, structures mécaniques ou algorithmes.

Au quotidien, il y a une volonté affirmée de travailler main dans la main avec les chercheurs. Cela s’en ressent dans la création car toutes les pièces du bandeau Dreem « mettent à profit des innovations issues des collaborations entre l’entreprise et le monde de la recherche pour améliorer le sommeil ».

Et demain ?

Grâce à la récente levée de fonds, Dreem peut dormir sur ses deux oreilles, l’avenir est serein. Au programme : poursuivre leur développement, utiliser et créer de nouvelles technologies et renforcer leurs recherches autour du sommeil

Aperçu du portefeuille PI :